Optimiser le travail sur deux écrans

Cela fait longtemps que j’utilise conjointement deux écrans d’ordinateur. A peu près depuis l’époque ou j’ai abandonné mon MacBook Pro 15” pour un modèle 13” plus léger et plus transportable. J’adore la portabilité des petits formats mais parfois c’est bon d’avoir un peu plus de place à l’écran. D’autant plus lorsqu’on est designer.

Et pourtant, le «dual screen» a toujours été un peu naze…

Premièrement ça prend de la place sur le bureau. Le grand écran trouve sa place facilement mais il faut bien poser le laptop quelque part. De préférence légèrement surélevé de manière à le mettre à niveau avec l’autre écran.

Et ensuite, une fois que tout est en place, je dois bien avouer que je n’ai jamais vraiment su quoi faire du petit écran. Il est trop loin de mes yeux pour être d’une utilité réelle.

A part à quelques rares occasions ou je l’utilisais pour comparer des choses ou pour y placer du matériel de référence, la plupart du temps cet écran ne me servait qu’à afficher… iTunes.

Puis j’ai commencé à travailler (à temps partiel) chez :ratio. Dans une agence spécialisée dans le design d’expérience utilisateur et web design, on peut s’attendre à ce que tout le monde ait une belle machine de compétition.

Et bien non: la machine la plus populaire au bureau est le MacBook Air 11”. Mais nous disposons tous d’un bel écran externe de 27” et voici comment tout le monde l’utilise:

Un MacBook Pro 13” Retina + écran Dell 27”
Un MacBook Pro 13” Retina + écran Dell 27”

J’avais l’habitude de placer mon portable à côté comme c’était la manière dont je l’avais fait depuis des années. Mais maintenant je place mon MacBook face à moi, sous le grand écran.

J’étais un peu sceptique au début parce que j’étais attaché à mon installation habituelle (même si j’étais conscient que ça n’était pas génial). Mais j’ai décidé de m’y essayer et voici pourquoi j’ai adopté cette disposition.

Les deux écrans sous les yeux

Plus besoin de tourner la tête entre les écrans
Plus besoin de tourner la tête entre les écrans

Maintenant votre second écran est sous votre nez, littéralement. Vous n’avez plus besoin de tourner la tête ou vous pencher sur votre table.

Une vrai extension du grand écran

Vous avez un espace de travail réellement étendu.
Vous avez un espace de travail réellement étendu.

Votre écran de portable n’est plus un écran secondaire, il devient une vraie extension du grand écran. Je l’utilise pour le Finder, mes outils de productivité (Harvest, Basecamp et bien entendu mes mails) et comme un vrai espace supplémentaire. Déplacer les fenêtres d’un écran à l’autre devient plus naturel.

Souris + trackpad + clavier

Débarrassez-vous du clavier externe.
Débarrassez-vous du clavier externe.

J’adore utiliser le trackpad de mon MacBook mais pas tout le temps. Il est impeccable pour certaines taches comme naviguer sur le web ou dans le Finder mais je j’aime pas faire des travaux plus précis comme du dessin vectoriel sans souris. J’ai désormais le meilleur des deux mondes: maintenant que mon portable est face à moi, j’utilise sans distinction le trackpad ou la souris quand j’en ai envie. Et j’ai bien entendu débarrassé le clavier externe pour utiliser celui qui est intégré au Mac. (je ne cacherai pas que dans certains rares cas, le pavé numérique peut me manquer)

Plus de place sur votre bureau

Qui a envie d’un bureau encombré?!
Qui a envie d’un bureau encombré?!

Dernière remarque: votre portable est là ou vous aviez votre clavier. Cela veut dire que désormais tout est là ou vous en avez réellement besoin et vous avez plus d’espace sur votre bureau. Cela peut sembler être un détail mais ça n’en est pas un si vous aimez les espaces de travail plus simples et/ou que vous avez peu de place.

Nous passons des heures (des jours, des semaines) devant ces écrans. J’aime mon portable car je suis très nomade (Genève, Lausanne, bureau, maison, train, etc.) mais j’aime aussi le confort d’un écran plus grand. Il est donc essentiel pour moi d’avoir l’installation le plus optimale.

Et avec celle-ci, j’ai l’impression que je m’approche de la perfection…

Cet article est une adaptation en français de mon article «Optimal Dual Screen» publié le 25 juillet 2014 sur Medium.